Partagez !
Share On Facebook



Lucrèce Borgia (Bartolomeo Veneto)



De la cruauté et de la clémence,

et s’il vaut mieux être aimé que craint
(Machiavel, Le Prince)



Continuant à suivre les autres qualités précédemment énoncées, je dis que tout prince doit désirer d’être réputé clément et non cruel. Il faut pourtant bien prendre garde de ne point user mal à propos de la clémence. César Borgia passait pour cruel, mais sa cruauté rétablit l’ordre et l’union dans la Romagne ; elle y ramena la tranquillité de l’obéissance. On peut dire aussi, en considérant bien les choses, qu’il fut plus clément que le peuple florentin, qui, pour éviter le reproche de cruauté, laissa détruire la ville de Pistoie.


Un prince ne doit donc point s’effrayer de ce reproche, quand il s’agit de contenir ses sujets dans l’union et la fidélité. En faisant un petit nombre d’exemples de rigueur, vous serez plus clément que ceux qui, par trop de pitié, laissent s’élever des désordres d’où s’ensuivent les meurtres et les rapines ; car ces désordres blessent la société tout entière, au lieu que les rigueurs ordonnées par le prince ne tombent que sur des particuliers.


Mais c’est surtout à un prince nouveau qu’il est impossible de faire le reproche de cruauté, parce que, dans les États nouveaux, les dangers sont très multipliés. C’est cette raison aussi que Virgile met dans la bouche de Didon, lorsqu’il lui fait dire, pour excuser la rigueur de son gouvernement :


Res dura et regni novitas me talia cogunt Moliri, et late fines custode tueri.

Virgile, Aeneid., lib. I.


Il doit toutefois ne croire et n’agir qu’avec une grande maturité, ne point s’effrayer lui-même, et suivre en tout les conseils de la prudence, tempérés par ceux de l’humanité ; en sorte qu’il ne soit point imprévoyant par trop de confiance, et qu’une défiance excessive ne le rende point intolérable.


Sur cela s’est élevée la question de savoir s’il vaut mieux être aimé que craint, ou être craint qu’aimé ?


On peut répondre que le meilleur serait d’être l’un et l’autre. Mais, comme il est très difficile que les deux choses existent ensemble, je dis que, si l’une doit manquer, il est plus sûr d’être craint que d’être aimé. On peut, en effet, dire généralement des hommes qu’ils sont ingrats, inconstants, dissimulés, tremblants devant les dangers et avides de gain ; que, tant que vous leur faites du bien, ils sont à vous, qu’ils vous offrent leur sang, leurs biens, leur vie, leurs enfants, tant, comme je l’ai déjà dit, que le péril ne s’offre que dans l’éloignement ; mais que, lorsqu’il s’approche, ils se détournent bien vite. Le prince qui se serait entièrement reposé sur leur parole, et qui, dans cette confiance, n’aurait point pris d’autres mesures, serait bientôt perdu ; car toutes ces amitiés, achetées par des largesses, et non accordées par générosité et grandeur d’âme, sont quelquefois, il est vrai, bien méritées, mais on ne les possède pas effectivement ; et, au moment de les employer, elles manquent toujours. Ajoutons qu’on appréhende beaucoup moins d’offenser celui qui se fait aimer que celui qui se fait craindre ; car l’amour tient par un lien de reconnaissance bien faible pour la perversité humaine, et qui cède au moindre motif d’intérêt personnel ; au lieu que la crainte résulte de la menace du châtiment, et cette peur ne s’évanouit jamais.


Cependant le prince qui veut se faire craindre doit s’y prendre de telle manière que, s’il ne gagne point l’affection, il ne s’attire pas non plus la haine ; ce qui, du reste, n’est point impossible ; car on peut fort bien tout à la fois être craint et n’être pas haï ; et c’est à quoi aussi il parviendra sûrement, en s’abstenant d’attenter, soit aux biens de ses sujets, soit à l’honneur de leurs femmes. S’il faut qu’il en fasse périr quelqu’un, il ne doit s’y décider que quand il y en aura une raison manifeste, et que cet acte de rigueur paraîtra bien justifié. Mais il doit surtout se garder, avec d’autant plus de soin, d’attenter aux biens, que les hommes oublient plutôt la mort d’un père même que la perte de leur patrimoine, et que d’ailleurs il en aura des occasions plus fréquentes. Le prince qui s’est une fois livré à la rapine trouve toujours, pour s’emparer du bien de ses sujets, des raisons et des moyens qu’il n’a que plus rarement pour répandre leur sang.


C’est lorsque le prince est à la tête de ses troupes, et qu’il commande à une multitude de soldats, qu’il doit moins que jamais appréhender d’être réputé cruel ; car, sans ce renom, on ne tient point une armée dans l’ordre et disposée à toute entreprise.


Entre les actions admirables d’Annibal, on a remarqué particulièrement que, quoique son armée fût très nombreuse, et composée d’un mélange de plusieurs espèces d’hommes très différents, faisant la guerre sur le territoire d’autrui, il ne s’y éleva, ni dans la bonne ni dans la mauvaise fortune, aucune dissension entre les troupes, aucun mouvement de révolte contre le général. D’où cela vient-il ? si ce n’est de cette cruauté excessive qui, jointe aux autres grandes qualités d’Annibal, le rendit tout à la fois la vénération et la terreur de ses soldats, et sans laquelle toutes ses autres qualités auraient été insuffisantes. Ils avaient donc bien peu réfléchi, ces écrivains, qui, en célébrant d’un côté les actions de cet homme illustre, ont blâmé de l’autre ce qui en avait été la principale cause.


Pour se convaincre que les autres qualités d’Annibal ne lui auraient pas suffi, il n’y a qu’à considérer ce qui arriva à Scipion, homme tel qu’on n’en trouve presque point de semblable, soit dans nos temps modernes, soit même dans l’histoire de tous les temps connus. Les troupes qu’il commandait en Espagne se soulevèrent contre lui, et cette révolte ne put être attribuée qu’à sa clémence excessive, qui avait laissé prendre aux soldats beaucoup plus de licence que n’en comportait la discipline militaire. C’est aussi ce que Fabius Maximus lui reprocha en plein sénat, où il lui donna la qualification de corrupteur de la milice romaine.


De plus, les Locriens, tourmentés et ruinés par un de ses lieutenants, ne purent obtenir de lui aucune vengeance, et l’insolence du lieutenant ne fut point réprimée ; autre effet de son naturel facile. Sur quoi quelqu’un, voulant l’accuser dans le sénat, dit : « Qu’il y avait des hommes qui savaient mieux ne point commettre de fautes que corriger celles des autres. » On peut croire aussi que cette extrême douceur aurait enfin terni la gloire et la renommée de Scipion, s’il avait exercé durant quelque temps le pouvoir suprême ; mais heureusement il était lui-même soumis aux ordres du sénat, de sorte que cette qualité, nuisible de sa nature, demeura en quelque sorte cachée, et fut même encore pour lui un sujet d’éloges.


Revenant donc à la question dont il s’agit, je conclus que les hommes, aimant à leur gré, et craignant au gré du prince, celui-ci doit plutôt compter sur ce qui dépend de lui, que sur ce qui dépend des autres : il faut seulement que, comme je l’ai dit, il tâche avec soin de ne pas s’attirer la haine.

 

 

Pour être automatiquement averti(e) de la suite des textes publiés régulièrement sur le site du Dojo du Brochet, vous pouvez vous inscrire via la procédure d’inscription en haut de l’écran ou bien en suivant le protocole ci-dessous.


 


Imprimer Imprimer Envoyer par email Envoyer par email

Cours et Professeur

Articles & textes

Hatha Yoga Pradipika / Chapitre 2 / suite

Partagez !
Share On Facebook

 

Comme un lion, un éléphant, un tigre ne peuvent être domptés que très progressivement, de la même façon doit-on faire avec le Prâna, autrement il détruit celui qui le pratique… Suite de la Hatha Yoga Pradipika, sanskrit, traductions anglaise et française…suivre le lien

La vîna et la musique hindoustanie…

Partagez !
Share On Facebook

 

En amont du chevalet, un oiseau. Un paon ? Un cygne ? L’un ou l’autre : selon les instruments, c’est ainsi qu’est représentée Sarasvati, déesse hindoue de la sagesse et du savoir, et épouse de Brahma….suivre le lien pour cet article sur le vîna et la musique hindoustanie.

Ambivalence des lieux au Japon….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le pont, sans parler de sa beauté plastique, est un lieu d’apparition d’individus qui le franchissent ou qui s’y arrêtent. Son destin est peut-être d’accomplir un charme…Extraits d’un texte passionannt sur les dispositifs de proximité entre eau et surfaces solides au Japon… suivre le lien

Les arts de la chambre chez Ge Hong….

Partagez !
Share On Facebook

 

Quand on recueille le liquide divin sur la pourtre d’or et que l’oiseau paré lève la tête et crie, la longue vallée s’emplit et les trames se mêlent…“Nouvel article pour savoir comment devenir immortel. Suivre le lien….

A woman’s incantation against her rival….

Partagez !
Share On Facebook

 

Encore issus de l’Atharvaveda, à la demande générale, voici de nouveaux charmes pour gérer l’amour. Prenez donc des trains, mentez éffrontément, ayez des montagnes de questions, et si vous voyez un acrobate, sachez que c’est fini. Il vous restera des kilomètres de vies en rose. A woman’s incantation against her rival, Charm for depriving a man of his virility….suivez le lien...

Promenade dans la ville tartar….

Partagez !
Share On Facebook

 

De ce point élevé, le regard plane sur la ville, dont, alors seulement, on comprend toute l’immensité ; vue ainsi, elle paraît bien plus à son avantage. La colossale muraille se profile en ligne droite, à perte de vue, tandis qu’à nos pieds les toits des maisons basses disparaissent en partie sous les arbres d’une infinité de petits jardins, … Suivons Edmond Cotteau en 1881 dans Péking…

Choisir un saké…..

Partagez !
Share On Facebook

 

Tout ce qu’il faut savoir pour s’y retrouver au moment de choisir un saké et repérer les informations sur les étiquettes au restaurant où dans un magasin sans savoir lire le japonais…suivre le lien…

Voyage au coeur du harem …(5)

Partagez !
Share On Facebook

 

Cinquième partie et suite du récit plein d’enseignements de Jehan d’Ivray, qui disait peut-être vrai, sur sa vie en harem au Caire à la fin du 19ème siècle….suivre le lien…

Les 5 veilles de l’opium…

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait de “Péking et le Nord de la Chine” (1873). Premier extrait sur ce fléau, soigneusement entretenu par les puissances anglaise et française au 19ème siècle, pour en tirer de juteux profits et pour saper les dernières énergies de l’empire chinois finissant. Suivre le lien…

Comment les vieux boucs deviennent singes…

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Lie Tseu (5)

 

Comment les courges, en pourrissant, produisent des poissons,  les vieux poireaux deviennent lièvres et les vieux boucs deviennent singes, comment le sang humain se transforme en farfadets…extrait du Lie Zi (Lie Tseu)...suivre le lien

Charmes pour attiser l’amour d’un homme….

Partagez !
Share On Facebook

intouchable 1980

 

Trois charmes issus de l’Atharva Veda, d’il y a  3000 ans environ. Vous essayerez, à vos risques et périls. Plus tard nous vous ferons connaître ceux pour s’en guérir ou encore pour attiser la passion d’une femme…suivre le lien…

… et celui d’une femme….

Partagez !
Share On Facebook

 

All her thoughts do ye, O Mitra and Varuna, drive out of her! Then, having deprived her of her will, put her into my power alone!…follow the link...

Le lieu où s’ébat l’homme véritable…

Partagez !
Share On Facebook


Zhang tete

 

 ….Le corps comme du bois sec, le cœur comme de la cendre morte, il oublie ses cinq viscères, et amenuise son corps. Sans apprendre, il sait ; sans regarder, il voit ; sans agir, il accomplit ; sans s’y appliquer, il discerne. C’est sur impulsion qu’il répond, sollicité qu’il se meut .suivre le lien…

Que faire d’un homme froid ?….

Partagez !
Share On Facebook

 

Que faire d’un homme froid ? Fong‑sien le sait, elle. Suivez le lien….

Hitoire de la Capoeira….

Partagez !
Share On Facebook

Capeira Bruxelles / berimbau

 

Récit de l’histoire de la Capoeira. A lire avant de venir suivre le cours de Niltinho. Suivre le lien….

Acte & détachement…

Partagez !
Share On Facebook

 

Au contraire du renoncement aux actes, orientation majeure dans l’Hindouisme et le Boudhisme, l’enseignement de la Bhagavdgitâ invite à ne pas renoncer aux actes mais à introduire le détachement dans l’acte, c’est-à-dire à y refaire circuler du vide et de l’hypothétique….suivre le lien…

Les ongles longs des chinois….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le croiriez-vous ? : le seul ongle taillé est laissé tel quel pour se gratter. On est soulagé….suivre le lien.

Hitting hands….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Wu-Yu-Xiang

 

The intent and qi should change actively, it should be round and lively, that is what is called ‘be mindful of the insubstantial and substantial changes. L’enseignement précieux et rare du vénéré et barbu Maître Li I Yu. Suivre le lien…

Your body is my body….

Partagez !
Share On Facebook

Bharata Natyam / Danseuse 2

 

Présentation & extraits (en anglais) de la poésie Telugu ancienne, chantée entre autre par les Devadaci dans les temples. Poésie de dévotion (bhakti) au Dieu par la voie d’un érotisme délicat et puissant…suivre le lien....

Et aspirons du ciel le parfum divin….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Bruxelles / Wang Fu  (Chinese 1362-1416)

 

Quelques poésies légères et mélancoliques de l’époque des Tang. Suivez le lien….

Ichi-go, ichi-e….

Partagez !
Share On Facebook

 

Ichi-go, ichi-e. L’impermanence n’est que la permanence de la surprise. Lire l’article sur le “chanoyu” (cérémonie de thé) suivi par nos commentaires… 

Devancer l’aurore comme les oiseaux….

Partagez !
Share On Facebook

 

Vous deux qui allez en avant, qui êtes nés les premiers, qui avez un éclat surprenant, je vous célèbre par la voix et certes aussi par la mortification ; vous deux , êtres éternels, divins, qui devancez l’aurore comme des oiseaux ; vous deux, exempts de passions, exempts d’orgueil, qui laissez derrière vous les êtres divers…..suivre le lien

Iyengar, le yoga, l’Inde et le monde…

Partagez !
Share On Facebook

 

Interview de BKS Iyengar : où l’on apprend que nul ne l’égale, que les français sont de bon élèves et qu’il faut mourir sans pensée… suivre le lien…

Le choix du mot jûdô ou le goût de la morale….

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait d’un article traitant du passage du jûjutsu au jûdô à la fin du 19ème siècle ….suivre le lien…

Les conseils de Yang Chen Fu…

Partagez !
Share On Facebook

 

Tai chi Chuan Bruxelles / Yang Chen Fu

 

Les judicieux conseils de Yang Chen Fu, représentant notable de la famille Yang, comme sont nom l’indique… suiver le lien…

Generated in 0.26549410820007 seconds.
Maintenu par De Visu - Internet