Partagez !
Share On Facebook

 

4ème chapitre de la “Pensée Chinoise” de Marcel Granet qui reste un livre de référence, dans l”édition  produite en version numérique téléchargeable par Pierre Palpant (*protected email*). Le livre de Marcel Granet est publié aux éditions  Albin Michel.


 

Paysan sur un pont

 

 

 

Le Tao


Comme la classification bipartite par le Yin et le Yang, les classifications numériques tirent leur valeur d’un senti­ment de l’unité communielle, ou, si l’on veut, du Total. Ce sentiment est celui qu’éprouve un groupement humain lors­qu’il s’apparaît à lui‑même comme une force intacte et complète ; il surgit et s’exalte dans les fêtes et les assemblées : un haut désir de cohésion l’emporte alors sur les oppositions, les isolements, les concurrences de la vie journalière et pro­fane. Les plus simples et les plus permanents de ces anta­gonismes et de ces solidarités se sont traduits dans la concep­tion qui fait du Yin et du Yang un couple antithétique et cependant uni par la plus parfaite des communions. Les classifications par 6 et 5, 8 et 9, correspondent à un progrès du besoin de cohésion. Elles semblent se rattacher à une organisation plus complexe de la société et à l’idée d’une union fédérale. Qu’elles suggèrent l’image d’un rassemble­ment militaire en carré, ou d’une disposition en bataille, ou encore celle des divisions du camp, de la ville ou de la maison des assemblées masculines, c’est à une organisation féodale qu’elles font songer. Comme les groupes féodaux, les groupements orientés de réalités agissantes, dont les Cinq Élé­ments et les Huit Vents sont les emblèmes, ne se bornent pas à s’affronter et à communier : ces secteurs du Monde sont disposés autour d’un Centre dont ils semblent, de tout temps, dépendre. C’est que les hommes voient dans leur Chef l’auteur d’une distribution harmonieuse de l’ensemble 250 des activités, humaines ou naturelles. Le Suzerain aménage le Monde et il l’anime : du seul fait qu’il tient sa cour au centre de la confédération, tout, dans l’Univers, coexiste et dure. — L’attribution d’une autorité totale à un personnage, qu’on se plaît à nommer l’Homme Unique, s’accompagne de la conception d’une puissance régulatrice. Cette puis­sance, on l’imagine, de façon plus ou moins réaliste, sous l’aspect d’un principe d’ordre suprêmement efficace : le Tao.


*
* *


De toutes les notions chinoises, l’idée de Tao est, non certes la plus obscure, mais celle dont l’histoire est la plus difficile à établir, tant est grande l’incertitude où l’on demeure sur la chronologie et la valeur des documents. L’usage d’appeler Taoïstes ou sectateurs du Tao les tenants d’une doctrine considérée comme très définie expose à faire croire que la notion de Tao appartient à une École déterminée. — Je crois devoir la rattacher au domaine de la pensée commune.


Tous les auteurs, les Taoïstes comme les autres, emploient le terme tao pour noter un complexe d’idées qui restent très voisines, même dans des systèmes dont l’orientation est assez différente. Au fond de toutes les conceptions du Tao se retrouvent les notions d’Ordre, de Totalité, de Responsabi­lité, d’Efficace écrivains dits taoïstes se signalent par le désir d’enlever à ces notions tout ce qu’elles peuvent contenir de représentations sociales. Loin d’attribuer la conception première du Tao aux auteurs qu’on qualifie parfois de « Pères du Taoïsme », j’estime que c’est chez eux qu’elle se présente sous l’aspect le plus distant de sa valeur première. Ces penseurs se servent du mot tao pour exprimer l’Ordre efficace qui domine — puissance indéfinie — l’ensemble des réalités apparentes, tout en restant, quant à lui, rebelle à toute réalisation déterminée. Quand ils en viennent, cependant, à illustrer cette idée, ils se contentent, bien souvent, d’évoquer l’art total qui permet à un Chef, — il s’agit, d’ordinaire, de Houang‑ti qui est leur patron, mais qui est aussi le ╓251 premier Souverain de l’Histoire chinoise, — de régenter le Monde et l’Empire. Principe unique de toutes les réussites, le Tao se confond pour eux avec l’art de gouverner.


Cet art, pour les auteurs de l’École dite confucéenne, est aussi un art souverain et qui embrasse tout le savoir. Ils voient dans le Tao la Vertu propre à l’honnête homme (kiun tseu) : celui‑ci, à l’image du Prince (kiun), se pique de ne posséder aucun talent particulier .


Les Taoïstes, de leur côté, opposent le mot tao à diffé­rents termes (chou, fa) qui signifient « recettes, méthodes, règles » et font songer aux procédés de techniciens spécialisés. Ceci n’empêche point qu’à l’aide du Savoir total qu’implique le Tao on ne puisse, à leur avis, posséder le Génie qui fait réussir dans l’astronomie ou la physique, qui permet d’être un Immortel ou de commander à telle pro­vince de la nature. Tchouang tseu, en donnant de pareils exemples, veut rendre sensibles les possibilités indéfinies que confère le Tao. Il est remarquable qu’il les emprunte à la mythologie courante. — Dans un hymne ancien en l’honneur de Heou‑tsi, le Prince des Moissons, le poète proclame que ce Héros « possédait la Vertu (tao) d’aider (la Nature) »: il réussissait à faire pousser tout ce qu’il plantait. — Il y a les plus grandes chances que le mot tao, dans la langue mythique et religieuse, ait exprimé l’idée d’une efficace indéterminée en elle‑même, mais qui était le principe de toute efficience.


Les « Pères du Taoïsme » n’ont guère employé le mot tao sans le rapprocher du mot . Ce terme désigne, chez eux, l’Efficace quand elle a tendance à se particulariser. L’expres­sion double tao‑tö n’a jamais cessé, dans le langage commun, de rendre l’idée de Vertu, mais non pas dans l’acception purement morale de ce mot. Tao‑tö signifie « prestige », « ascendant princier », « autorité efficace ». , dans la langue des mythes, est la qualité des génies les plus complets, les plus royaux. C’est sans doute le désir d’analyser, en les opposant, deux notions peu distinctes dans le principe qui a conduit à donner à la valeur de « vertu spécifique » et à noter par ce terme, dans le langage philosophique, l’idée d’une Efficace qui se singularise en se réalisant. Tandis que éveille surtout le sentiment des réussites particulières, tao ╓252 exprime l’Ordre total que traduit l’ensemble des réalisa­tions.


Le Tao (ou le Tao‑tö), c’est l’Efficace, mais caractérisée par son action régulatrice et en tant qu’elle se confond avec un principe souverain d’organisation et de classement.


…..suite bientôt.




 



Imprimer Imprimer Envoyer par email Envoyer par email

Cours et Professeur

Articles & textes

Hatha Yoga Pradipika / Chapitre 2 / suite

Partagez !
Share On Facebook

 

Comme un lion, un éléphant, un tigre ne peuvent être domptés que très progressivement, de la même façon doit-on faire avec le Prâna, autrement il détruit celui qui le pratique… Suite de la Hatha Yoga Pradipika, sanskrit, traductions anglaise et française…suivre le lien

La vîna et la musique hindoustanie…

Partagez !
Share On Facebook

 

En amont du chevalet, un oiseau. Un paon ? Un cygne ? L’un ou l’autre : selon les instruments, c’est ainsi qu’est représentée Sarasvati, déesse hindoue de la sagesse et du savoir, et épouse de Brahma….suivre le lien pour cet article sur le vîna et la musique hindoustanie.

Ambivalence des lieux au Japon….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le pont, sans parler de sa beauté plastique, est un lieu d’apparition d’individus qui le franchissent ou qui s’y arrêtent. Son destin est peut-être d’accomplir un charme…Extraits d’un texte passionannt sur les dispositifs de proximité entre eau et surfaces solides au Japon… suivre le lien

Les arts de la chambre chez Ge Hong….

Partagez !
Share On Facebook

 

Quand on recueille le liquide divin sur la pourtre d’or et que l’oiseau paré lève la tête et crie, la longue vallée s’emplit et les trames se mêlent…“Nouvel article pour savoir comment devenir immortel. Suivre le lien….

A woman’s incantation against her rival….

Partagez !
Share On Facebook

 

Encore issus de l’Atharvaveda, à la demande générale, voici de nouveaux charmes pour gérer l’amour. Prenez donc des trains, mentez éffrontément, ayez des montagnes de questions, et si vous voyez un acrobate, sachez que c’est fini. Il vous restera des kilomètres de vies en rose. A woman’s incantation against her rival, Charm for depriving a man of his virility….suivez le lien...

Promenade dans la ville tartar….

Partagez !
Share On Facebook

 

De ce point élevé, le regard plane sur la ville, dont, alors seulement, on comprend toute l’immensité ; vue ainsi, elle paraît bien plus à son avantage. La colossale muraille se profile en ligne droite, à perte de vue, tandis qu’à nos pieds les toits des maisons basses disparaissent en partie sous les arbres d’une infinité de petits jardins, … Suivons Edmond Cotteau en 1881 dans Péking…

Choisir un saké…..

Partagez !
Share On Facebook

 

Tout ce qu’il faut savoir pour s’y retrouver au moment de choisir un saké et repérer les informations sur les étiquettes au restaurant où dans un magasin sans savoir lire le japonais…suivre le lien…

Voyage au coeur du harem …(5)

Partagez !
Share On Facebook

 

Cinquième partie et suite du récit plein d’enseignements de Jehan d’Ivray, qui disait peut-être vrai, sur sa vie en harem au Caire à la fin du 19ème siècle….suivre le lien…

Les 5 veilles de l’opium…

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait de “Péking et le Nord de la Chine” (1873). Premier extrait sur ce fléau, soigneusement entretenu par les puissances anglaise et française au 19ème siècle, pour en tirer de juteux profits et pour saper les dernières énergies de l’empire chinois finissant. Suivre le lien…

Comment les vieux boucs deviennent singes…

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Lie Tseu (5)

 

Comment les courges, en pourrissant, produisent des poissons,  les vieux poireaux deviennent lièvres et les vieux boucs deviennent singes, comment le sang humain se transforme en farfadets…extrait du Lie Zi (Lie Tseu)...suivre le lien

Charmes pour attiser l’amour d’un homme….

Partagez !
Share On Facebook

intouchable 1980

 

Trois charmes issus de l’Atharva Veda, d’il y a  3000 ans environ. Vous essayerez, à vos risques et périls. Plus tard nous vous ferons connaître ceux pour s’en guérir ou encore pour attiser la passion d’une femme…suivre le lien…

… et celui d’une femme….

Partagez !
Share On Facebook

 

All her thoughts do ye, O Mitra and Varuna, drive out of her! Then, having deprived her of her will, put her into my power alone!…follow the link...

Le lieu où s’ébat l’homme véritable…

Partagez !
Share On Facebook


Zhang tete

 

 ….Le corps comme du bois sec, le cœur comme de la cendre morte, il oublie ses cinq viscères, et amenuise son corps. Sans apprendre, il sait ; sans regarder, il voit ; sans agir, il accomplit ; sans s’y appliquer, il discerne. C’est sur impulsion qu’il répond, sollicité qu’il se meut .suivre le lien…

Que faire d’un homme froid ?….

Partagez !
Share On Facebook

 

Que faire d’un homme froid ? Fong‑sien le sait, elle. Suivez le lien….

Hitoire de la Capoeira….

Partagez !
Share On Facebook

Capeira Bruxelles / berimbau

 

Récit de l’histoire de la Capoeira. A lire avant de venir suivre le cours de Niltinho. Suivre le lien….

Acte & détachement…

Partagez !
Share On Facebook

 

Au contraire du renoncement aux actes, orientation majeure dans l’Hindouisme et le Boudhisme, l’enseignement de la Bhagavdgitâ invite à ne pas renoncer aux actes mais à introduire le détachement dans l’acte, c’est-à-dire à y refaire circuler du vide et de l’hypothétique….suivre le lien…

Les ongles longs des chinois….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le croiriez-vous ? : le seul ongle taillé est laissé tel quel pour se gratter. On est soulagé….suivre le lien.

Hitting hands….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Wu-Yu-Xiang

 

The intent and qi should change actively, it should be round and lively, that is what is called ‘be mindful of the insubstantial and substantial changes. L’enseignement précieux et rare du vénéré et barbu Maître Li I Yu. Suivre le lien…

Your body is my body….

Partagez !
Share On Facebook

Bharata Natyam / Danseuse 2

 

Présentation & extraits (en anglais) de la poésie Telugu ancienne, chantée entre autre par les Devadaci dans les temples. Poésie de dévotion (bhakti) au Dieu par la voie d’un érotisme délicat et puissant…suivre le lien....

Et aspirons du ciel le parfum divin….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Bruxelles / Wang Fu  (Chinese 1362-1416)

 

Quelques poésies légères et mélancoliques de l’époque des Tang. Suivez le lien….

Ichi-go, ichi-e….

Partagez !
Share On Facebook

 

Ichi-go, ichi-e. L’impermanence n’est que la permanence de la surprise. Lire l’article sur le “chanoyu” (cérémonie de thé) suivi par nos commentaires… 

Devancer l’aurore comme les oiseaux….

Partagez !
Share On Facebook

 

Vous deux qui allez en avant, qui êtes nés les premiers, qui avez un éclat surprenant, je vous célèbre par la voix et certes aussi par la mortification ; vous deux , êtres éternels, divins, qui devancez l’aurore comme des oiseaux ; vous deux, exempts de passions, exempts d’orgueil, qui laissez derrière vous les êtres divers…..suivre le lien

Iyengar, le yoga, l’Inde et le monde…

Partagez !
Share On Facebook

 

Interview de BKS Iyengar : où l’on apprend que nul ne l’égale, que les français sont de bon élèves et qu’il faut mourir sans pensée… suivre le lien…

Le choix du mot jûdô ou le goût de la morale….

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait d’un article traitant du passage du jûjutsu au jûdô à la fin du 19ème siècle ….suivre le lien…

Les conseils de Yang Chen Fu…

Partagez !
Share On Facebook

 

Tai chi Chuan Bruxelles / Yang Chen Fu

 

Les judicieux conseils de Yang Chen Fu, représentant notable de la famille Yang, comme sont nom l’indique… suiver le lien…

Generated in 0.32215404510498 seconds.
Maintenu par De Visu - Internet