Partagez !
Share On Facebook



zhuangziiconeLie Tseu (Lie Yu K’eou, Lie Zi 列子)  est le nom de l’auteur attribué au  “Tchoung hiutchen King“, qu’on traduit en général par “Vrai Classique du Vide Parfait”, receuil d’histoires édifiantes et d’aphorismes d’origine imprécise mais certainement antérieur à 732 après J.C puisque c’est à cette date seulement que le livre qui avait été découvert par hasard dans la bilbliothèque impériale fut cannonisé par l’empereur Xuanzong des Tang. Et puis surtout, Lie Tseu est déjà cité par Tchouang Tseu (Zhuangzi  莊子) bien avant cette date puisque ce dernier a sans doute vécu vers les années 389-319 av. J.C.


La biographie de Lie tseu n’est de fait connue que par ce que l’auteur veut bien raconter de lui dans son texte, si bien que la réalité de son existence est loin d’être avérée, certain considérant qu’il ne s’agit que d’un assemblage de sources diverses ou bien que c’est Tchouang Tseu lui-même qui a imaginé le personnage. A dire vrai cela nous importe peu car le texte possède une vraie personnalité. Le “Vrai Classique du Vide Parfait” est bien un des trois textes fondateurs du Taoïsme mais il est surtout très accessible, moins sybillin et pompier que le Tao Tö King et moins conceptuel et logicien que le “Tchouang Tseu” (qui reste le plus intéressant à notre sens) . Les deux extraits qui suivent viennent du chapitre (si on peut dire) intitulé “Etats psychique” dans la traduction qu’en a faite Léon WIEGER  S.J. (1856-1933).

 


Daoist Immortals Walking on Water

 

Immortels taoïstes marchant sur l’eau (15ème s.)



Le continu (la continuité) est la plus grande loi du monde. Il est distinct de la cohésion, du contact. Soit un cheveu. On y suspend des poids. Il y a rupture. C’est le cheveu qui est rompu, pas le continu. Le continu ne peut pas être rompu. Certains ne croient pas cela. Je vais leur prouver, par des exemples, que le continu est indépendant du contact.


Tchan‑ho pêchait avec une ligne faite d’un seul filament de soie naturelle (1) , une aiguille courbée lui servant d’hameçon, une baguette de gaule, la moitié d’un grain de blé d’amorce. Avec cet appareil rudimentaire, il retirait des poissons énor­mes d’un gouffre profond, sans que sa ligne se rompit, sans que son aiguille se redressât, sans que sa baguette pliât. Le roi de Tch’ou l’ayant appris, lui demanda des explications.

 

Tchan‑ho lui dit : Jadis le célèbre archer P’ou-ts’ie‑tzeu, avec un arc très faible et une flèche munie d’un simple fil, atteignait les grues grises dans les nuages, grâce à son application mentale qui établissait le continu de sa main à l’objet. Je me suis appliqué durant cinq ans à arriver au même résultat dans la pêche à la ligne. Quand je jette mon hameçon, mon esprit entièrement vide de toute autre pensée, va droit au poisson, par ma main et mon appareil, établissant continuité, et le poisson est pris sans défiance ni résistance. Et si vous, ô roi, appliquiez le même procédé au gouvernement de votre royaume, le résultat serait le même…

 

Merci ! dit le roi de Tch’ouDonc la volonté fait le continu, entre l’esprit et son objet.

 


Koung‑hou de Lou, et Ts’i‑ying de Tchao, étant malades, demandèrent à Pien‑ts’iao, le célèbre médecin, de les guérir. Il le fit, puis leur dit :


— Ceci n’a été qu’une crise passagère ; la prédisposition constitutionnelle reste, vous exposant à des rechutes certaines ; il faudrait autre chose que des médicaments, pour enlever celle‑là.

— Que faudrait‑il ? demandèrent les deux hommes…

— Toi, dit Pien‑ts’iao à Koung‑hou, tu as le cœur fort et le corps faible, et par suite tu t’épuises en projets impraticables. Toi, Ts’i‑ying, tu as le cœur faible et le corps fort, et par suite tu t’épuises en efforts irréfléchis. Si je changeais vos deux cœurs, vos deux organismes se trouveraient en bon état.

— Faites ! dirent les deux hommes.


Pien‑ts’iao leur ayant fait boire du vin contenant une drogue qui les priva de toute connaissance durant trois jours, ouvrit leurs deux poitrines, en retira leurs deux cœurs, les changea, et referma les deux incisions avec sa fameuse pommade. A leur réveil, les deux hommes se trouvèrent parfaitement sains.


Mais voici que, quand ils eurent pris congé, Koung‑hou alla droit au domicile de Ts’i‑ying, et s’installa avec sa femme et ses enfants, qui ne le reconnurent pas. Ts’i‑ying alla de même droit au domicile le Koung‑hou, et s’installa avec sa femme et ses enfants, qui ne le reconnurent pas davantage. Les deux familles faillirent en venir à un litige. Mais quand Pien‑ts’iao leur eut expliqué le mystère, elles se tinrent tranquilles.


(1) Tel que le ver à soie le produit ; il faut réunir plusieurs de ces filaments, pour faire un fil.




 



Imprimer Imprimer Envoyer par email Envoyer par email

Cours et Professeur

Articles & textes

Hatha Yoga Pradipika / Chapitre 2 / suite

Partagez !
Share On Facebook

 

Comme un lion, un éléphant, un tigre ne peuvent être domptés que très progressivement, de la même façon doit-on faire avec le Prâna, autrement il détruit celui qui le pratique… Suite de la Hatha Yoga Pradipika, sanskrit, traductions anglaise et française…suivre le lien

La vîna et la musique hindoustanie…

Partagez !
Share On Facebook

 

En amont du chevalet, un oiseau. Un paon ? Un cygne ? L’un ou l’autre : selon les instruments, c’est ainsi qu’est représentée Sarasvati, déesse hindoue de la sagesse et du savoir, et épouse de Brahma….suivre le lien pour cet article sur le vîna et la musique hindoustanie.

Ambivalence des lieux au Japon….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le pont, sans parler de sa beauté plastique, est un lieu d’apparition d’individus qui le franchissent ou qui s’y arrêtent. Son destin est peut-être d’accomplir un charme…Extraits d’un texte passionannt sur les dispositifs de proximité entre eau et surfaces solides au Japon… suivre le lien

Les arts de la chambre chez Ge Hong….

Partagez !
Share On Facebook

 

Quand on recueille le liquide divin sur la pourtre d’or et que l’oiseau paré lève la tête et crie, la longue vallée s’emplit et les trames se mêlent…“Nouvel article pour savoir comment devenir immortel. Suivre le lien….

A woman’s incantation against her rival….

Partagez !
Share On Facebook

 

Encore issus de l’Atharvaveda, à la demande générale, voici de nouveaux charmes pour gérer l’amour. Prenez donc des trains, mentez éffrontément, ayez des montagnes de questions, et si vous voyez un acrobate, sachez que c’est fini. Il vous restera des kilomètres de vies en rose. A woman’s incantation against her rival, Charm for depriving a man of his virility….suivez le lien...

Promenade dans la ville tartar….

Partagez !
Share On Facebook

 

De ce point élevé, le regard plane sur la ville, dont, alors seulement, on comprend toute l’immensité ; vue ainsi, elle paraît bien plus à son avantage. La colossale muraille se profile en ligne droite, à perte de vue, tandis qu’à nos pieds les toits des maisons basses disparaissent en partie sous les arbres d’une infinité de petits jardins, … Suivons Edmond Cotteau en 1881 dans Péking…

Choisir un saké…..

Partagez !
Share On Facebook

 

Tout ce qu’il faut savoir pour s’y retrouver au moment de choisir un saké et repérer les informations sur les étiquettes au restaurant où dans un magasin sans savoir lire le japonais…suivre le lien…

Voyage au coeur du harem …(5)

Partagez !
Share On Facebook

 

Cinquième partie et suite du récit plein d’enseignements de Jehan d’Ivray, qui disait peut-être vrai, sur sa vie en harem au Caire à la fin du 19ème siècle….suivre le lien…

Les 5 veilles de l’opium…

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait de “Péking et le Nord de la Chine” (1873). Premier extrait sur ce fléau, soigneusement entretenu par les puissances anglaise et française au 19ème siècle, pour en tirer de juteux profits et pour saper les dernières énergies de l’empire chinois finissant. Suivre le lien…

Comment les vieux boucs deviennent singes…

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Lie Tseu (5)

 

Comment les courges, en pourrissant, produisent des poissons,  les vieux poireaux deviennent lièvres et les vieux boucs deviennent singes, comment le sang humain se transforme en farfadets…extrait du Lie Zi (Lie Tseu)...suivre le lien

Charmes pour attiser l’amour d’un homme….

Partagez !
Share On Facebook

intouchable 1980

 

Trois charmes issus de l’Atharva Veda, d’il y a  3000 ans environ. Vous essayerez, à vos risques et périls. Plus tard nous vous ferons connaître ceux pour s’en guérir ou encore pour attiser la passion d’une femme…suivre le lien…

… et celui d’une femme….

Partagez !
Share On Facebook

 

All her thoughts do ye, O Mitra and Varuna, drive out of her! Then, having deprived her of her will, put her into my power alone!…follow the link...

Le lieu où s’ébat l’homme véritable…

Partagez !
Share On Facebook


Zhang tete

 

 ….Le corps comme du bois sec, le cœur comme de la cendre morte, il oublie ses cinq viscères, et amenuise son corps. Sans apprendre, il sait ; sans regarder, il voit ; sans agir, il accomplit ; sans s’y appliquer, il discerne. C’est sur impulsion qu’il répond, sollicité qu’il se meut .suivre le lien…

Que faire d’un homme froid ?….

Partagez !
Share On Facebook

 

Que faire d’un homme froid ? Fong‑sien le sait, elle. Suivez le lien….

Hitoire de la Capoeira….

Partagez !
Share On Facebook

Capeira Bruxelles / berimbau

 

Récit de l’histoire de la Capoeira. A lire avant de venir suivre le cours de Niltinho. Suivre le lien….

Acte & détachement…

Partagez !
Share On Facebook

 

Au contraire du renoncement aux actes, orientation majeure dans l’Hindouisme et le Boudhisme, l’enseignement de la Bhagavdgitâ invite à ne pas renoncer aux actes mais à introduire le détachement dans l’acte, c’est-à-dire à y refaire circuler du vide et de l’hypothétique….suivre le lien…

Les ongles longs des chinois….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le croiriez-vous ? : le seul ongle taillé est laissé tel quel pour se gratter. On est soulagé….suivre le lien.

Hitting hands….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Wu-Yu-Xiang

 

The intent and qi should change actively, it should be round and lively, that is what is called ‘be mindful of the insubstantial and substantial changes. L’enseignement précieux et rare du vénéré et barbu Maître Li I Yu. Suivre le lien…

Your body is my body….

Partagez !
Share On Facebook

Bharata Natyam / Danseuse 2

 

Présentation & extraits (en anglais) de la poésie Telugu ancienne, chantée entre autre par les Devadaci dans les temples. Poésie de dévotion (bhakti) au Dieu par la voie d’un érotisme délicat et puissant…suivre le lien....

Et aspirons du ciel le parfum divin….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Bruxelles / Wang Fu  (Chinese 1362-1416)

 

Quelques poésies légères et mélancoliques de l’époque des Tang. Suivez le lien….

Ichi-go, ichi-e….

Partagez !
Share On Facebook

 

Ichi-go, ichi-e. L’impermanence n’est que la permanence de la surprise. Lire l’article sur le “chanoyu” (cérémonie de thé) suivi par nos commentaires… 

Devancer l’aurore comme les oiseaux….

Partagez !
Share On Facebook

 

Vous deux qui allez en avant, qui êtes nés les premiers, qui avez un éclat surprenant, je vous célèbre par la voix et certes aussi par la mortification ; vous deux , êtres éternels, divins, qui devancez l’aurore comme des oiseaux ; vous deux, exempts de passions, exempts d’orgueil, qui laissez derrière vous les êtres divers…..suivre le lien

Iyengar, le yoga, l’Inde et le monde…

Partagez !
Share On Facebook

 

Interview de BKS Iyengar : où l’on apprend que nul ne l’égale, que les français sont de bon élèves et qu’il faut mourir sans pensée… suivre le lien…

Le choix du mot jûdô ou le goût de la morale….

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait d’un article traitant du passage du jûjutsu au jûdô à la fin du 19ème siècle ….suivre le lien…

Les conseils de Yang Chen Fu…

Partagez !
Share On Facebook

 

Tai chi Chuan Bruxelles / Yang Chen Fu

 

Les judicieux conseils de Yang Chen Fu, représentant notable de la famille Yang, comme sont nom l’indique… suiver le lien…

Generated in 0.26527285575867 seconds.
Maintenu par De Visu - Internet