Partagez !
Share On Facebook

Aikido Bruxelles / Ecole Hirokazu Kobayashi / Yuki no onna


aikido Bruxelles . Yuki onna 2


Mise en scène imaginaire de Yuki Onna (origine inconnue)


Yuki-Onna — 雪女

tiré de Kwaidan 怪談 : Histoires et études de choses étranges

de Lafcadio Hearn (Koizumi Yakumo 小泉八雲? 1850-1904)



Sur la vie et l’oeuvre de Lafcadio Hearn, nous vous invitons à lire l’introduction de l’article “Une danseuse“, sur ce même site. Nous avions déjà publié l’histoire de femme des neige dans sa version originale anglaise. En voici la traduction. Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….



Dans un village de la Province de Musashi (1) vivaient deux bûcherons : Mosaku et Minokichi. Au moment de cette histoire, Mosaku était un vieillard ; et Minokichi, son apprenti, était un garçon de dix-huit ans. Chaque jour, ils se rendaient ensemble dans une forêt située à deux lieues de leur village. Sur la route qui mène à cette forêt, il y avait une large rivière à traverser ; et il y avait un bac. On avait plusieurs fois construit un pont là où se trouve le bac ; mais le pont fut chaque fois emporté par une inondation. Aucun pont ordinaire ne peut en cet endroit résister au courant quand la rivière est en crue.

Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….

Mosaku et Minokichi retournaient au village par une nuit très froide, quand ils furent rattrapés par une violente tempête de neige. Parvenus au bac, ils constatèrent que le batelier était parti, laissant son bateau sur l’autre rive. Ce n’était pas un jour pour nager ; et les bûcherons s’abritèrent dans la hutte du passeur, — s’estimant chanceux de trouver un abri. Il n’y avait pas de brasero dans la cabane, ni aucun endroit où faire du feu : ce n’était qu’une hutte de deux tatamis (2), avec une seule porte, mais pas de fenêtre. Mosaku et Minokichi consolidèrent la porte, et s’étendirent pour se reposer, avec leur imperméable de paille sur eux. Au début, ils n’avaient pas très froid ; et ils pensaient que la tempête s’arrêterait bientôt.

Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….

Le vieil homme s’endormit presque aussitôt, mais le garçon, Minokichi, resta longtemps éveillé, écoutant l’horrible vent, et le cinglement continu de la neige contre la porte. La rivière grondait ; et la hutte tanguait et grinçait comme une jonque sur la mer. C’était une terrible tempête ; et l’air refroidissait d’instant en instant ; et Minokichi grelottait sous son vêtement de pluie. Mais enfin, malgré le froid, il s’endormit lui aussi.


aikido Bruxelles / yuki onna 1

Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….

 

Image tiré du film de Kobayashi (Kwaidan, Yuki Onna)


Il fut réveillé par une volée de neige sur son visage. La porte de la hutte avait été forcée ; et, à la lueur de la neige (yuki-akari), il vit une femme dans la pièce, — une femme toute en blanc. Elle était penchée au-dessus de Mosaku, et exhalait son souffle sur lui ; — et son souffle était pareil à une fumée blanche et lumineuse. Presque au même moment elle se tourna vers Minokichi, et se baissa au-dessus de lui. Il essaya de crier, mais il vit qu’il ne pouvait émettre le moindre son. La femme blanche se pencha sur lui, de plus en plus bas, jusqu’à ce que son visage fût près de le toucher ; et il vit qu’elle était très belle, — mais ses yeux l’effrayèrent. Pendant un court moment elle continua de le regarder ; — puis elle lui sourit et murmura : — « J’avais l’intention de te traiter comme l’autre homme. Mais je ne puis m’empêcher de te prendre en pitié, — car tu es si jeune. . . . Tu es un joli garçon, Minokichi ; et je ne vais pas te faire de mal à présent. Mais si jamais tu parles à quiconque — même à ta propre mère — de ce que tu as vu cette nuit, je le saurai ; et alors je te tuerai. . . . Souviens-toi de ce que je te dis ! »

Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….

Sur ces mots, elle se détourna de lui et passa le seuil. Alors il vit qu’il pouvait bouger ; et il sauta sur ses pieds, et regarda dehors. Mais la femme n’était visible nulle part ; et la neige s’engouffrait furieusement dans la hutte. Minokichi ferma la porte, et la bloqua en appuyant plusieurs billes de bois contre. Il se demanda si c’était le vent qui l’avait ouverte ; — il pensa qu’il avait dû simplement rêver, et qu’il avait dû prendre par erreur le reflet de la neige dans l’embrasure de la porte pour la silhouette d’une femme blanche : mais il ne put en être sûr. Il appela Mosaku, et fut effrayé car le vieil homme ne répondit pas. Il avança sa main dans le noir, et toucha le visage de Mosaku, et sentit qu’il était de glace ! Mosaku était raide mort. . . .


À l’aube, la tempête avait cessé ; et quand le passeur revint à son poste, peu après le lever du soleil, il trouva Minokichi étendu sans connaissance à côté du corps gelé de Mosaku. Minokichi fut promptement soigné, et il revint bientôt à lui ; mais il demeura longtemps malade des suites de la froidure de cette terrible nuit. Il avait également été épouvanté par la mort du vieil homme ; mais il ne dit rien de sa vision de la femme en blanc. Dès qu’il fut rétabli, il retourna à son ouvrage, — partant seul chaque matin pour la forêt, et revenant à la tombée de la nuit avec des fagots, que sa mère l’aidait à vendre.


Un soir, au cours de l’hiver de l’année suivante, tandis qu’il rentrait chez lui, il dépassa une jeune fille qui se trouvait voyager par la même route que lui. C’était une grande filleAIKIDO BRUXELLES / YUKI ONNA 3 mince, très avenante ; et elle répondit au salut de Minokichi d’une voix aussi agréable à l’oreille que la voix d’un oiseau chanteur. Alors il fit route à ses côtés ; et ils engagèrent la conversation. La fille dit qu’elle s’appelait O-Yuki (3) ; qu’elle venait de perdre ses deux parents ; et qu’elle allait à Yedo (4), où elle avait quelques parents modestes, qui pourraient l’aider à trouver une place de servante. Minokichi fut bientôt séduit par cette étrange jeune fille ; et plus il la regardait, plus elle lui paraissait belle. Il lui demanda si elle était déjà fiancée ; et elle répondit, en riant, qu’elle était libre.

Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….

Puis, à son tour, elle demanda à Minokichi s’il était marié, ou s’il avait promis de se marier ; et il lui dit que, bien que n’ayant à subvenir qu’aux besoins de sa mère, qui était veuve, la question d’une « honorable belle-fille » n’avait pas encore été soulevée, car il était très jeune. . . .


Après ces confidences, ils marchèrent longtemps sans parler ; mais, comme dit le proverbe, Ki ga areba, me mo kuchi hodo ni mono wo iu : « Quand on a quelque chose en tête, les yeux parlent aussi bien que la bouche ». Quand ils atteignirent le village, ils étaient devenus très contents l’un de l’autre ; et Minokichi pria O-Yuki de prendre un peu de repos chez lui. Après quelques timides hésitations, elle y alla avec lui ; et la mère de Minokichi lui souhaita la bienvenue et lui prépara un repas chaud. O-Yuki se comporta si gentiment que la mère de Minokichi se prit subitement d’affection pour elle, et la persuada de remettre à plus tard son voyage à Yedo. Et naturellement, le dénouement de cette affaire fut qu’O-Yuki n’alla jamais à Yedo. Elle resta à la maison, en tant qu’« honorable belle-fille».


O-Yuki se révéla une excellente belle-fille. Quand la mère de Minokichi vint à mourir, — quelque cinq ans plus tard —, ses dernières paroles furent des paroles d’affection et d’éloge pour la femme de son fils. Et O-Yuki donna dix enfants à Minokichi, garçons et filles, — tous beaux enfants, et très clairs de peau. Les gens de la campagne trouvaient qu’O-Yuki était une personne merveilleuse, d’une nature différente de la leur. La plupart des paysannes vieillissent prématurément ; mais O-Yuki, même après avoir mis au monde dix enfants, paraissait aussi jeune et fraîche que le jour de son arrivée au village.


Une nuit, après que les enfants se furent couchés, O-Yuki cousait à la lumière d’une lampe de papier ; et Minokichi, qui la regardait, lui dit : —Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….

« Te voir là, cousant, avec la lumière sur ton visage, me fait penser à une chose étrange qui s’est produite quand j’étais un garçon de dix-huit ans. J’ai vu quelqu’un d’aussi beau et d’aussi blanc que tu l’es en ce moment — en fait, elle était tout à fait comme toi. » . . .


Sans lever les yeux de son ouvrage, O-Yuki répondit : —

« Parle-moi d’elle. . . . Où l’as tu vue ? »


Alors Minokichi lui parla de la terrible nuit dans la cabane du passeur, — et de la Femme Blanche qui s’était penchée sur lui, en souriant et murmurant, — et de la mort silencieuse du vieux Mosaku. Et il dit : —

« Endormi ou éveillé, c’est la seule fois que j’ai vu un être aussi beau que toi. Bien sûr, elle n’était pas un être humain ; et j’avais peur d’elle, — très peur, — mais elle était si blanche ! . . . En fait, je n’ai jamais su si c’était un rêve que j’avais fait, où si c’était la Femme de la Neige. » . . .


O-Yuki jeta sa couture à terre, et se leva, et se pencha au-dessus de Minokichi là où il était assis, et lui hurla à la face :Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….

« C’était moi — moi — moi ! Yuki c’était ! Et je t’avais bien dit que je te tuerais si jamais tu en disais mot ! . . . Mais pour ces enfants qui dorment, je ne te tuerai pas en ce moment ! Et maintenant tu ferais mieux de prendre très, très bien soin d’eux ; car si jamais ils ont quelque raison de se plaindre de toi, je te traiterai comme tu le mérites ! » . ..


Bien qu’elle criât, sa voix devint fluette, comme un plainte du vent ; — puis elle fondit en une brume blanche et lumineuse qui s’effila en montant vers les poutres du toit, et s’évanouit dans un frémissement par le trou à fumée. . . . Jamais plus on ne la revit.Aikido, Yoga, Tai Chi, Pilates….



(1) Musashi : à quelques kilomètres à l’ouest de Tôkyô.

(2) C’est-à-dire avec une surface au sol d’environ 3m².

(3) Ce nom signifie « Neige », et il n’est pas rare.

(4) Yedo, ou encore Edo : l’ancien nom de Tôkyô.



 


Imprimer Imprimer Envoyer par email Envoyer par email

Cours et Professeur

Articles & textes

Hatha Yoga Pradipika / Chapitre 2 / suite

Partagez !
Share On Facebook

 

Comme un lion, un éléphant, un tigre ne peuvent être domptés que très progressivement, de la même façon doit-on faire avec le Prâna, autrement il détruit celui qui le pratique… Suite de la Hatha Yoga Pradipika, sanskrit, traductions anglaise et française…suivre le lien

La vîna et la musique hindoustanie…

Partagez !
Share On Facebook

 

En amont du chevalet, un oiseau. Un paon ? Un cygne ? L’un ou l’autre : selon les instruments, c’est ainsi qu’est représentée Sarasvati, déesse hindoue de la sagesse et du savoir, et épouse de Brahma….suivre le lien pour cet article sur le vîna et la musique hindoustanie.

Ambivalence des lieux au Japon….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le pont, sans parler de sa beauté plastique, est un lieu d’apparition d’individus qui le franchissent ou qui s’y arrêtent. Son destin est peut-être d’accomplir un charme…Extraits d’un texte passionannt sur les dispositifs de proximité entre eau et surfaces solides au Japon… suivre le lien

Les arts de la chambre chez Ge Hong….

Partagez !
Share On Facebook

 

Quand on recueille le liquide divin sur la pourtre d’or et que l’oiseau paré lève la tête et crie, la longue vallée s’emplit et les trames se mêlent…“Nouvel article pour savoir comment devenir immortel. Suivre le lien….

A woman’s incantation against her rival….

Partagez !
Share On Facebook

 

Encore issus de l’Atharvaveda, à la demande générale, voici de nouveaux charmes pour gérer l’amour. Prenez donc des trains, mentez éffrontément, ayez des montagnes de questions, et si vous voyez un acrobate, sachez que c’est fini. Il vous restera des kilomètres de vies en rose. A woman’s incantation against her rival, Charm for depriving a man of his virility….suivez le lien...

Promenade dans la ville tartar….

Partagez !
Share On Facebook

 

De ce point élevé, le regard plane sur la ville, dont, alors seulement, on comprend toute l’immensité ; vue ainsi, elle paraît bien plus à son avantage. La colossale muraille se profile en ligne droite, à perte de vue, tandis qu’à nos pieds les toits des maisons basses disparaissent en partie sous les arbres d’une infinité de petits jardins, … Suivons Edmond Cotteau en 1881 dans Péking…

Choisir un saké…..

Partagez !
Share On Facebook

 

Tout ce qu’il faut savoir pour s’y retrouver au moment de choisir un saké et repérer les informations sur les étiquettes au restaurant où dans un magasin sans savoir lire le japonais…suivre le lien…

Voyage au coeur du harem …(5)

Partagez !
Share On Facebook

 

Cinquième partie et suite du récit plein d’enseignements de Jehan d’Ivray, qui disait peut-être vrai, sur sa vie en harem au Caire à la fin du 19ème siècle….suivre le lien…

Les 5 veilles de l’opium…

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait de “Péking et le Nord de la Chine” (1873). Premier extrait sur ce fléau, soigneusement entretenu par les puissances anglaise et française au 19ème siècle, pour en tirer de juteux profits et pour saper les dernières énergies de l’empire chinois finissant. Suivre le lien…

Comment les vieux boucs deviennent singes…

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Lie Tseu (5)

 

Comment les courges, en pourrissant, produisent des poissons,  les vieux poireaux deviennent lièvres et les vieux boucs deviennent singes, comment le sang humain se transforme en farfadets…extrait du Lie Zi (Lie Tseu)...suivre le lien

Charmes pour attiser l’amour d’un homme….

Partagez !
Share On Facebook

intouchable 1980

 

Trois charmes issus de l’Atharva Veda, d’il y a  3000 ans environ. Vous essayerez, à vos risques et périls. Plus tard nous vous ferons connaître ceux pour s’en guérir ou encore pour attiser la passion d’une femme…suivre le lien…

… et celui d’une femme….

Partagez !
Share On Facebook

 

All her thoughts do ye, O Mitra and Varuna, drive out of her! Then, having deprived her of her will, put her into my power alone!…follow the link...

Le lieu où s’ébat l’homme véritable…

Partagez !
Share On Facebook


Zhang tete

 

 ….Le corps comme du bois sec, le cœur comme de la cendre morte, il oublie ses cinq viscères, et amenuise son corps. Sans apprendre, il sait ; sans regarder, il voit ; sans agir, il accomplit ; sans s’y appliquer, il discerne. C’est sur impulsion qu’il répond, sollicité qu’il se meut .suivre le lien…

Que faire d’un homme froid ?….

Partagez !
Share On Facebook

 

Que faire d’un homme froid ? Fong‑sien le sait, elle. Suivez le lien….

Hitoire de la Capoeira….

Partagez !
Share On Facebook

Capeira Bruxelles / berimbau

 

Récit de l’histoire de la Capoeira. A lire avant de venir suivre le cours de Niltinho. Suivre le lien….

Acte & détachement…

Partagez !
Share On Facebook

 

Au contraire du renoncement aux actes, orientation majeure dans l’Hindouisme et le Boudhisme, l’enseignement de la Bhagavdgitâ invite à ne pas renoncer aux actes mais à introduire le détachement dans l’acte, c’est-à-dire à y refaire circuler du vide et de l’hypothétique….suivre le lien…

Les ongles longs des chinois….

Partagez !
Share On Facebook

 

Le croiriez-vous ? : le seul ongle taillé est laissé tel quel pour se gratter. On est soulagé….suivre le lien.

Hitting hands….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Wu-Yu-Xiang

 

The intent and qi should change actively, it should be round and lively, that is what is called ‘be mindful of the insubstantial and substantial changes. L’enseignement précieux et rare du vénéré et barbu Maître Li I Yu. Suivre le lien…

Your body is my body….

Partagez !
Share On Facebook

Bharata Natyam / Danseuse 2

 

Présentation & extraits (en anglais) de la poésie Telugu ancienne, chantée entre autre par les Devadaci dans les temples. Poésie de dévotion (bhakti) au Dieu par la voie d’un érotisme délicat et puissant…suivre le lien....

Et aspirons du ciel le parfum divin….

Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Bruxelles / Wang Fu  (Chinese 1362-1416)

 

Quelques poésies légères et mélancoliques de l’époque des Tang. Suivez le lien….

Ichi-go, ichi-e….

Partagez !
Share On Facebook

 

Ichi-go, ichi-e. L’impermanence n’est que la permanence de la surprise. Lire l’article sur le “chanoyu” (cérémonie de thé) suivi par nos commentaires… 

Devancer l’aurore comme les oiseaux….

Partagez !
Share On Facebook

 

Vous deux qui allez en avant, qui êtes nés les premiers, qui avez un éclat surprenant, je vous célèbre par la voix et certes aussi par la mortification ; vous deux , êtres éternels, divins, qui devancez l’aurore comme des oiseaux ; vous deux, exempts de passions, exempts d’orgueil, qui laissez derrière vous les êtres divers…..suivre le lien

Iyengar, le yoga, l’Inde et le monde…

Partagez !
Share On Facebook

 

Interview de BKS Iyengar : où l’on apprend que nul ne l’égale, que les français sont de bon élèves et qu’il faut mourir sans pensée… suivre le lien…

Le choix du mot jûdô ou le goût de la morale….

Partagez !
Share On Facebook

 

Extrait d’un article traitant du passage du jûjutsu au jûdô à la fin du 19ème siècle ….suivre le lien…

Les conseils de Yang Chen Fu…

Partagez !
Share On Facebook

 

Tai chi Chuan Bruxelles / Yang Chen Fu

 

Les judicieux conseils de Yang Chen Fu, représentant notable de la famille Yang, comme sont nom l’indique… suiver le lien…

Generated in 0.37864899635315 seconds.
Maintenu par De Visu - Internet